La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Découvrez les thèmes des ateliers autour de… la Civilisation anglaise proposés en salle Veillon 2ème étage de la Maison des Associations d'Eaubonne 

 

prochaines dates à venir ….

 

 

 

 

08.06.2018      Les féministes britanniques à 19H30

En 1900, cela fait 30 ans que Millicent Garrett Fawcett milite pour le droit de vote des femmes sans grands résultats… D’autres femmes n’ont pas l’intention d’attendre 30 années de plus. Le 10 octobre 1903, Emmeline Pankhurst fonde la « Women’s Social and Political Union » (WSPU).

Membre du Parti travailliste indépendant, femme de caractère autoritaire et fortement engagée, Emmeline Pankhurst souhaite que la WSPU se concentre sur des actions concrètes, d’où leur slogan : « des actions, pas des mots ».

 

Emmeline Pankhurst est, d’après Time Magazine, une des plus importantes personnalités du XXe siècle. Dès 1905 elle organise des manifestations massives de femmes pour demander à un gouvernement anglais très réticent d’accorder le droit de vote aux femmes. Ces manifestations non-violentes n’obtiennent aucun résultat tangible et sont sauvagement réprimées par la police. Après que plusieurs centaines de militantes pacifiques aient été emprisonnées et gavées de force suite à leur grève de la faim, elle se résout à recommander des actions plus militantes en particulier des bris de vitrines.

 Pionnière d’un féminisme engagé et militant, elle démontre une perspicacité politique remarquable et finira par obtenir le droit de vote pour les femmes anglais à la fin de la première guerre mondiale.

 

 

09.04.2018      Shakespeare et son temps à 20h30

William Shakespeare est considéré comme l'un des plus grands poètes, dramaturges et écrivains de la culture anglaise. Le théâtre de Shakespeare a traversé les siècles, grâce à sa force, grâce à sa poésie, grâce à sa vérité humaine. Marquant, en Angleterre, la sortie du Moyen Age, Ce théâtre marque le changement et ce n’est pas un hasard s’il reçoit le soutien d’une reine soucieuse de faire renouer la monarchie anglaise avec la bourgeoisie et le peuple anglais.

Ce soutien d’Elisabeth 1ère au théâtre de Shakespeare est d’autant plus surprenant que ce théâtre est essentiellement un théâtre historique reprenant de manière non métaphorique toutes les horreurs de la monarchie anglaise, les excès, les violences, les folies, les haines, les meurtres. Et c’est, pour la première fois, dans le langage du peuple et aux yeux du peuple que les anciennes royautés sont ainsi trainées dans la boue aux yeux de tous et avec le soutien public et ouvert d’Elisabeth 1ère, démontrant ainsi sa capacité à se créer une popularité nouvelle et crédibilisant l’idée que la nouvelle monarchie ouvrait une ère nouvelle. Ce ne sera pas le seul geste d’Elisabeth pour se donner une grande popularité.

 

 

 

05.03.2018      Les origines de la langue anglaise et de la nation anglaise

Conférencière invitée : Isabelle Weill

 

 

 

 

 

 

 

07.12.2017      la Franc-maçonnerie en Grande-Bretagne

La franc-maçonnerie moderne « spéculative », par opposition à la maçonnerie de métier, dite « corporative », est née en Grande-Bretagne, plus précisément en Écosse et en Angleterre, avant de s'étendre très rapidement, au début du  XVIII° siècle, à toute l'Europe puis, principalement par l'intermédiaire des colonies européennes, à l'ensemble du monde.

Origine : Les confréries sont nombreuses, à la fin du Moyen Âge, à travers l'Europe. Elles veillent au respect des « Devoirs » des différents métiers. Le célèbre manuscrit {Régius}, qui date de la fin du XIVe siècle donne une bonne idée de ce que pouvait être la maçonnerie « opérative » de l'époque. Ces confréries sont cependant souvent mal vues par l'Église catholique romaine et surveillées de près par les pouvoirs royaux.

En Ecosse : Progressivement, les loges admettront parmi leurs membres quelques hommes importants, nobles ou membres du clergé, n'appartenant pas directement au métier. Notamment, à la Renaissance XVIe siècle qui enthousiasme l'Europe, des maçons italiens seront réunis avec les maçons écossais, régénérant ainsi les vieilles confréries sous une forme proche de celle des académies italiennes, ce qui eut, dit-on, beaucoup de succès. Elles se situent toujours à cette époque dans le cadre de corporations de métiers.

En Angleterre :  les loges évoluèrent de la même manière à partir de 1607, sous la protection de l'Écossais Jacques Stuart, devenu roi d'Écosse et d'Angleterre sous le nom de Jacques Ier en 1603, mais, cette fois-ci , le mouvement de modernisation alla beaucoup plus loin. En effet, à  la Renaissance, on se passionnait pour les sciences et les arts, pour l'alchimie (la chimie n'existait pas encore) comme pour la mécanique céleste, pour l'hermétisme comme pour la philosophie classique.

En ce qui concerne la franc-maçonnerie, il semble que le tournant décisif se situe à la fin du XVIIe siècle. C'est ainsi par exemple qu'en 1703, lorsque la loge Saint-Paul de Londres décide de s'ouvrir aux « personnes de tous états qui voudront y prendre part »,

Peu de temps après la création du Royaume de Grande-Bretagne  (1707) et l'arrivée au pouvoir de la Maison de Hanovre (1714), à l'occasion de la Saint-Jean, à l'été 1717, quatre loges de Londres connues sous le nom des tavernes dans lesquelles elles se réunissaient, « At The Goose and Gridiron » « At the Crown », « At the Apple Tree » et « At the Rummer and Grapes » constituent la première obédience maçonnique de l'histoire.

Ces constitutions, dans le contexte de l'époque, sont d'une remarquable ouverture, puisqu'elles permettent à des hommes de religions différentes (catholiques, anglicans et protestants) de travailler ensemble dans un véritable esprit de fraternité, à une époque où, à l'extérieur, l'intolérance religieuse est encore très loin d'être partout éteinte.

 

 

22.09.2017      Le Pays de Galles à 19 h 30 

Le Pays de Galles, {en anglais Wales}, est l'une des quatre nations constitutives du Royaume Uni. Sa capitale est Cardiff, la plus grande ville du Pays de Galles avec environ 315 000 habitants.

La présence de l’Homme au Pays de Galles est datée de 24000 ans av JC dans la grotte de Paviland Cette datation fait de ces restes humains les plus anciens retrouvés au Royaume-Uni.

Dès le II° siècle, les Romains établirent quelques places fortes au sud du pays et dans sa partie occidentale, Ils ont également bâti la grande forteresse de Caerleon (Isca), où se trouve l'amphithéâtre le mieux préservé de Grande-Bretagne.

Commencée par les Saxons, au VI° siècle, la tentative de conquête du Pays de Galles ne s'acheva qu'en 1282 sur un champ de bataille, avec la victoire d'Édouard Ier sur Llywelyn le Dernier, dernier prince gallois.

L'usage de la langue vernaculaire langues celtiques, le gallois, s'est maintenu comme en Irlande, alors même qu'en Angleterre et en Écosse, l'usage des langues celtiques s'est perdu ou a largement diminué.

À l'époque médiévale, le pays de Galles est divisé en plusieurs royaumes indépendants gouvernés par des princes locaux. Les Normands, qui envahissent l'Angleterre au XI° siècle, ne laissent pas le pays de Galles de côté et commencent rapidement à fonder des seigneuries dans la partie orientale du pays. En réaction, les Gallois, qui contrôlent encore le nord et l'ouest du pays de Galles, s'unissent autour de chefs comme Llywelyn le Grand qui s'est lui-même décrit comme « prince du nord du pays de Galles ».

En 1282, le roi Édouard Ier d'Angleterre (1272-1307) conquiert les dernières principautés indépendantes galloises, au nord et à l'ouest du pays. Deux ans plus tard, le statut de Rhuddlan établit officiellement la domination d'Édouard sur le pays de Galles. La partie septentrionale du pays de Galles, l'ancien royaume du roi Llywelyn ap Gruffydd, devient une principauté. Pour apaiser les Gallois, Édouard Ier nomme son fils (le futur Édouard II, né au pays de Galles) « prince de Galles » le 7 février 1301. Le pays de Galles prend le statut d'une principauté, qu'il a tenu officiellement entre 1284 et 1536.. De cette époque remonte la tradition consistant à appeler « prince(sse) de Galles » l'héritier(-ère) du trône britannique.

Entre 1284 et 1536, le roi d'Angleterre n'a qu'un contrôle indirect sur la principauté, les « lords » sont indépendants du contrôle direct de la couronne. Le pouvoir des seigneurs des marches prend fin en 1535 quand l'union politique et administrative entre l'Angleterre et le pays de Galles est accomplie. L'Acte d'Union (Laws in Wales Act), sous Henri VIII, annexe le pays de Galles à l'Angleterre. En 1542,  le système juridique gallois est définitivement aboli, et remplacé par la common law ; la langue galloise est bannie de tous les documents officiels. Les comtés du pays de Galles sont désormais représentés au Parlement anglais